Ramène ta science !

Dernière mise à jour : 07/03/2018

« Ramène ta science ! »

Il arrive par moment, voir très souvent, de manger ou d’utiliser des éléments qui proviennent de la nature, dont ne connait pas toujours l’origine. Cette partie qui se prénomme « Ramène ta science ! » est avec toute humilité non pas pour vous donner des leçons sur les plantes mais juste vous présenter visuellement l’origine de nos petits amis culinaires et médicinaux.

J’ai tout simplement enregistré sous forme de vidéo, une rencontre du genre «Minute Nature in Costa Rica» que je vous enverrai chaque semaine si la connexion me le permet une nouvelle trouvaille que vous apprécierai je l’espère. Si vous avez des demandes ou des conseils à me faire pour les prochaines vidéos, je suis tout ouïe ! Une des vidéos sera « in english please » sur un sujet de permaculture à la demande de Marie et Doudou qui m’ont lancé ce défis. Pour le moment je ne peux pas vraiment dire « ça c’est fait ! », mais je m’y prépare 😉

Pour le moment je vais me concentrer sur ce qui me caractérise le plus, et donc les découvertes qui ont tant attiré mon attention de gourmand venu d’un climat tempéré !

 

Système d’irrigation, élémentaire en Normandie !

Pour répondre au Challenge de Marie et Doudou, qui m’ont demandé de faire une vidéo sur le thème de la permaculture en anglais, je me suis essayé à l’exercice avec l’aide de Louis.

Il est important de connaître comment éviter l’érosion de notre si beau et si merveilleux sol. En effet, ce microsystème que nous avons tous à côté de chez soi qui peut être source de richesse. Si pour certains, ils rêvent de planter des pièces d’or pour en récolter le fruit, c’est un tout autre rêve pour moi que je tente de comprendre pour encore mieux le réaliser.

Ainsi, vous l’aurez compris en permaculture, une règle de base est de prendre soin de la terre de nos enfants. Cette terre où l’on retire en permanence les mauvaises herbes pour voir ensuite y repousser de nouvelles.  Ce n’est pas anodin que le sol cherche à tout pris à se protéger du soleil et de la pluie. Les racines de nos plantes cherchent à consolider, faire respirer le sol tout en réunissant les nutriments trouvés dans le sol afin de les conserver à leur hauteur et d’en faire profiter d’autre plantes, comme vos légumes par exemples. A vous de trouver si vous le souhaitez des herbes qui soient bonnes pour enrichir votre sol de nitrate, capables de capter en profondeurs et de faire remonter les nutriments pour les copines ou encore de protéger le sol du soleil, de l’évaporation de l’eau, …

Le paillage est une alternative très intéressante, qui ne doit rien vous coûter normalement si vous prenez le temps de ramasser vos feuilles mortes, où de récupérer vos déchets de tontes, de taillages de haies, pour le pied de vos arbres, de haies, de bosquets. On appelle cela du Mulch et je pourrais vous en dire plus sur la technique « loving tree » dans un autre article ou dans nos futures discussions.

Après tout cela, il m’est important d’expliquer que l’érosion est un processus néfaste pour nos sols quand de grandes vagues de chaud et de pluie se succèdent, car l’un appauvrie le sol, l’autre évacue peu à peu les richesses de votre sol en suivant le courant de l’eau qui se forme au sol. Plus précisément, en embarquant tous les nutriments et la terre avec.

Quand on bénéficie d’un large terrain, on peut se demander après achat, pourquoi n’ai-je pas penser à visiter ce terrain après plusieurs jours de pluie afin de s’apercevoir qu’à certains endroits vos pieds et donc vos chaussures peuvent se retrouver submerger. On peut tout aussi bien se demander d’où vient toute cette eau et qu’est ce qu’elle a emmener avec elle sur son passage.

C’est en cela que je souhaite vous présenter les différentes fonctions d’une « tranchée », appelée aussi « baissière » ou en anglais « soil trap ».

Celle-ci se construit en observant durant vos jours de pluies dans un premier temps, l’écoulement de l’eau au sol sur votre terrain et en dessinant un trait de repères à l’aide de tuteurs quelconques. Selon votre climat, la quantité d’eau par an, vous pourrez creuser des « tranchées » à la profondeur qui permettra au mieux de stocker l’eau de pluie dans le sol.

Ces tranchées auront plusieurs fonctions, d’une part de stocker l’eau de pluie tout en irrigant le sol de manière diffuse, d’éviter de vous retrouver les pieds dans l’eau, de créer un microsystème qui va attirer une faune importante à la vie de votre jardin, tout en permettant aux plantes que vous mettrez sur les côtés de s’épanouir. Il faudra bien sûr choisir des plantes qui aiment plus particulièrement l’eau, les bananiers par exemple (si vous voulez mettre un peu d’exotisme dans votre jardin) sont très adaptés pour s’épanouir dans un sol humide. Lui-même va drainer l’eau pour s’en abreuver et grandir.

Il y aurait certainement encore pleins de choses à dire, mais c’est à vous de poursuivre les recherches.

Pour le plaisir de « ramène ta science » !

KissKissLoveLove !

Jo,

Spéciale dédicace à Dodo, Esther, Nono, la famille Niay et leur corne d’abondance déversant sans cesse de succulente tablette de ch……..  !

Je suis sûr que chacun de nous qui avons appris un jour à l’école, d’où venait le cacao aurait apprécié ce jour-là ouvrir le fruit du cacaoyer et voir en vrai les fèves à quoi cela ressemble en pouvant les décortiquer soi-même et les goûter pour apercevoir avec grimace que pour un amateur, le goût amer, ne ressemble pas du tout à celui qui nous est vendu transformé. Ce matin j’ai pris plaisir à décortiquer avec des américains, et quebécois les fèves de cacao en parlant « in english » du plaisir de « Charlie et la chocolaterie, on a dévié très vite sur une critique du jeu d’acteur de Johny Deep. Puis est venu le temps de le moudre. Mummmmmm ! Et enfin de le mettre dans une marmite à fondre avec du lait de coco et quelques épices. Je vous laisse imaginer le filet de vapeur qui s’en dégage et qui attire chacun ce matin à soulever le couvercle comme par enchantement. Le chocolat c’est Magique ! D’ailleurs pour l’occasion j’ai trouvé une piste de conte de sagesse sur le cacao, j’y travaille 😉 C’est pour bientôt la vidéo en anglais et le conte à lire en Français.

J’espère que ce chapitre existe toujours, tout du moins on pourrait l’accompagner d’un voyage dans une ferme locale pour découvrir une autre richesse culinaire de nos terres qui as pu provoquer des évènements historiques et géographiques, comme les coquilles saint jacques par exemple (c’est aux historiens de venir m’aider là, allez PouickPouick, c’est le moment du petit coup de pouce) qui créées encore des tensions européennes selon la bannière du bateau et les côtes utilisés pour les ramasser. Aujourd’hui, je réalise le rêve de tout ces loulous assis avec pour saveur les images de livres, en me trouvant dans le berceau même du cacao, l’Amérique centrale. Le Sri Lanka devait aussi se défendre pour cela, ils ont certainement dû être très souvent attaqués s’ils ont tout pleins d’épices. Petit défis : Savez-vous où est le Sri Lanka ?

Le cacao a un très fort caractère énergisant (bien sûr je parle du chocolat noir, et non du beurre de cacao, qu’on pourrait qualifier de chocolat au lait et blanc). Il a une capacité à provoquer un réveil corporel, alors faut-il en manger le soir, ça c’est à vous de voir. En tout cas, sur Punta Mona, on nous a dit que c’était aussi un aphrodisiaque redoutable. C’est comme tout, il ne faut pas abuser des bonnes choses 😉 Par contre, il parait que les buveurs d’alcool et fumeurs de tabacs, peuvent en consommer sans modération (en noir 90% voir 100%) car c’est un antioxydant.

Pour les autres effets à vous de rechercher vous-même 😉

KissKissLoveLove 😉

Spéciale dédicace à mon frère Yvan et mes quiches aux multiples épices 😉 ainsi qu’à Gustave et son fabuleux crampbull (je ne sais plus l’orthographe) aux pommes

Quand on a visité la ferme et tous ses arbres fruitiers, ses légumes, ses plantes à épices, je ne comprenais pas ce que l’on voyait, mais depuis 2 jours deux canadiens sont arrivés sur Punta Mona, ils ont eu droit à une visite aussi, je les ai suivis et demandés la traduction.

Revenons au sujet premier 😉 Cette épice que tout le monde raffole dans tous les plats sucrés fut et reste une forme de richesse très convoitée à travers le monde. Lorsque les colonisateurs ont quitté l’ancien monde pour aller au-delà des mers et des frontières terrestres connus afin de trouver plus d’or, ils y ont trouvé cette autre forme de richesse « les épices ».

Je viens d’apprendre qu’il y avait différentes sortes de cannelles et celle qu’on dit vraie vient du Sri Lanka, de Madagascar, des Seychelles. Le Sri Lanka s’étant souvent défendu des envahisseurs coloniaux à l’époque médiéval pour éviter le pillage de cette ressource. C’est comme si les bretons, se disait tient on va venir voler la recette secrète du Camembert Normand, ses vaches, et l’herbe verte normande. Je suis sûr que tout comme moi, vous défendriez votre patrimoine culinaire : Ainsi chacun cultive sa richesse géographique sans être volé de ce profit naturel ! Il y a du boulot à ce sujet-là pour notre chère France … (par exemple : la canne à sucre au Tchad, 80% des revenus de la production ne reste pas au Tchad mais rentre dans l’économie française)

J’aime tout particulièrement le fait d’utiliser ses feuilles pour les tisanes, nous l’utilisons plus en France sous forme d’écorce (morceau du tronc) ou en poudre. Tous les plats salés (oui oui Yvan !) ou sucrés, les sauces, les cocktails peuvent être parfumés de cette saveur aux multiples effets médicinaux.

En effet, si vous avez des infections urinaires, certes c’est pas ragoutant (Hein Léonard !?! :p ) mais cela aide à faire passer la douleur et soigner. Attention à ne pas trop en abuser, une cuillère à café c’est déjà beaucoup. Mon frère Sylvain dirait que cela l’a aidé à soulager sa rage de dent. On dit que c’est aussi très bon pour les bouches sucrées de prendre un bâton de cannelle pour sucette car cela aide à réguler le besoin de sucre (hypoglycémie).

Pour les autres effets à vous de rechercher vous-même 😉

KissKissLoveLove 😉

 

28/01/2018 : Spéciale dédicace à Mimi et nos repas 😉

Je ne vous parlerai pas du système publicitaire qui vend la forme du pot plus que le produit en lui-même. Avez-vous déjà rencontré sur vos chemins de randonnée une plante nommée « moutarde » ? Pourtant on peut en trouver en France dans les champs.

Ces feuilles que l’on peut manger ou boire en infusion, avec un goût proche de celui de l’oseille dans son côté acidulé en arrière bouche (ce n’est que mon avis), est un très bon laxatif. Son principe actif se concentre surtout sur l’appareil digestif et aide à la digestion, cela n’est qu’un effet, il en existe bien d’autres.

Si vous ramassez suffisamment de cosses qui ressemble à des haricots miniatures ou de feuilles, vous y trouverez beaucoup de petites graines « seeds in english » que vous pourrez utiliser dans vos salades, dans vos sauces, vos gratins, vos graines germées, etc.

Attention c’est comme tout, il ne faut pas abuser des bonnes choses 😉

Pour les autres effets à vous de rechercher vous-même 😉

KissKissLoveLove 😉